Marx Dormoy
Lille _ 2011
Centre nautique

SPORTS, JARDINS, ESPACES AQUATIQUES : NOS OASIS DANS UNE URBANITÉ FOLLE !

Le sport et les loisirs sont à la fois une source d’épanouissement personnel et un formidable moteur de lien social, en cela, le projet de la piscine Marx Dormoy réunit tous les ingrédients d’un lieu populaire exceptionnel : le sport, la nature, l’eau.

 

 MARX DORMOY, UN BATIMENT PAYSAGE

Nous avons voulu un projet d’un équipement en symbiose avec son paysage,  un lieu dont la grandeur n’est pas seulement signée par les dimensions exceptionnelles du bassin extérieur, mais également et surtout par son insertion au site et sa capacité à revaloriser et dynamiser le quartier des Bois Blancs.  C’est un bassin d’une longueur exceptionnelle que nous souhaitons  étendre encore plus, jusqu’à le rallonger. Il s’agit d’agrandir et amplifier la perception ce bassin unique par le biais de miroirs et de cascades et de bassins attenants. Car il s’agit bien de cela : faire de la baignade une expérience qui n’appartient plus vraiment au domaine de la piscine… Cascades, miroirs, plans d’eau, abstractions aquatiques sont également les éléments entre architecture et nature qui fusionnent les intérieurs et les extérieurs du site.

 

NOUVEAUX PAYSAGES

La position du  bassin nordique est fondatrice du projet urbain : placé dans la position la plus  à l’abri des vents et  la plus exposée au soleil, il  organise une nouvelle pièce urbaine constituée de  nouveaux paysages aux ambiances variées qui viennent enrichir et compléter  les parcs et promenades des Bois-Blancs du corridor vert de la Deûle.

L’espace des eaux en mouvement ou mangrove, en entrée de site est  un miroir d’eau-pataugeoire publiquepeuplé d’arbres  à tige qui annonce avec force le thème majeur de l’équipement.

Le  parvis,  grande place en longueur plantée,  organise la vie publique autour des activités culturelles et sportives du théâtre Grand Bleu, de la future médiathèque, du restaurant et de Marx Dormoy.

Le Jardin « Subaquatique », le long de l’avenue Butin  mène le flot des flâneurs de berge à berge.Conçu comme une interprétation ludique, rieuse  et énigmatique du fond d’une piscine : un lieu rarement foulé et d’une captivante fascination. Le thème se joue autour de  l’absence de l’eau et le jardin  peut être saisi autant comme un paysage subaquatique que comme celui d’une piscine à sec. Que se passe-t-il quand l’eau se retire ? Bien qu’absente, l’eau n’est-elle pas toujours présente ?

 

UNE IMAGE PISCINE SINGULIERE

D’un point de vue patrimonial et urbain, nous renforçons  la valeur symbolique du toit existant, repère fort pour les lillois et signe architectural significatif d’une époque. L’horizontalité des  gabarits créés par l’extension  souligne le « zig-zag » des toitures et lui redonnent un noble premier plan, jusque là inexistant. Le bâtiment existant est entièrement redistribué et sa relation avec l’extension s’organise autour d’un spectaculaire plan d’eau intérieur, le bassin pédagogique d’eau recyclée.

Les volumes de 3 bassins de l’extension sont séparés par des solarium-jardin offrant une silhouette fragmentée et vivante  à la ville. Nous proposons ainsi  un assemblage habile qui  compose avec la démocratisation esthétique du Spa tels les « Bains des Docks » au Havre, la grandeur classique d’une halle de nage, la vision contemporaine de la halle aquatique de loisirs, mais aussi avec la dimension symbiotique avec la nature que sont les  expériences aquatiques en espace naturel.

 

L’EAU ET LE FIL, UNE HISTOIRE PARTICULIERE

L’eau et le fil racontent une histoire très particulière à la ville de Lille, et particulièrement dans le quartier des Bois-Blancs, entouré d’eau et anciennement peuplé de filatures. Notre projet a été guidé par cette volonté d’évoquer, de suggérer une mémoire collective et de la traduire par une matière faite de fils et de lumière constituant le projet  dressant des parois ondulantes et miroitantes symboles de ce nouveau lieu. Colonisant le jardin, enveloppant le restaurant, s’emparant des façades des nouveaux bassins, cette matière aura pour vertu de nous protéger du vent, ou du soleil. Si les nombreux bassins extérieurs constituent un horizon de plans d’eaux horizontaux miroitants, ce tissé produira  une ondulation immatérielle évoquant une nouvelle fois l’univers aquatique, thème majeur du lieu.   

 

 

 

 

 

MAÎTRISE D'OUVRAGE
Ville de Lille
PHASE
Concours
COÛT
28 M EUROS
SURFACE TOTALE
18000 M² SHON
PROGRAMME
Création de quatre bassins couverts, d'un bassin extérieur de 150m de long et d'un parc de jeux aquatiques. Restructuration des bassins existants.
MAÎTRISE D'OEUVRE
DLA Dumont Legrand Architectes Mandataires
AIX Arkitekter Architectes Associés
Paysagiste : Kragh & Berglund
BET : Quadriplus Groupe